Le CSVC, c’est un groupe de travail ayant mis en place différentes stratégies afin d’augmenter la concertation entre les différents intervenants œuvrant en violence conjugale.

Ces stratégies comprennent :

  1. Une trousse complète d’évaluation qui comprend plusieurs outils d’évaluation du risque validés par une recherche universitaire (Carignan, Tremblay et Potvin, 2013);
  2. Des mécanismes de communication respectant les balises légales en matière de confidentialité;
  3. Une formation adaptée au milieu;
  4. Du soutien à différents niveaux (coordination, concertation, formation et recherche) par une équipe dédiée et professionnelle.

Le modèle d’actions intersectorielles CSVC a la particularité de s’appliquer autant DANS le système judiciaire qu’à l’extérieur. Il permet donc de rejoindre plus de victimes. Il fait également l’objet de projets de recherche, étant donné que le modèle est à la base un projet de recherche-action. Il évolue constamment afin d’être à la fine pointe des récents développements scientifiques en la matière.

Fondements

Le modèle CSVC a cogité chez les partenaires bien avant de prendre forme. Par ailleurs, il s’appuie sur des assises solides et s’inspire entre autres des sources suivantes:

  • Politique d’intervention en matière de violence conjugale: Prévenir, dépister, contrer la violence conjugale (Gouvernement du Québec, 1995)
  • Loi modifiant diverses dispositions législatives eu égard à la divulgation de renseignements personnels confidentiels en vue d’assurer la protection des personnes (L.Q. 2001, c. 78)
  • Modèle d’interventions intersectorielles de Duluth, au Minnesota: « Domestic Abuse Intervention Programs – DAIP »
  • Modèle du Processus de domination conjugale (Bouchard et Tremblay, 2002; Tremblay, Bouchard, Potvin et Ayotte, 2005)

Un modèle qui innove de différentes façons…

Le Modèle se caractérise par le fait qu’il permet de joindre à la fois des victimes adultes et mineures, leurs proches et des conjoints qui ont des comportements violents et contrôlants. De plus, il met en action des organisations œuvrant dans des secteurs diversifiés dont les actions, si elles sont coordonnées, peuvent être complémentaires les unes avec les autres.

Le développement concomitant de quatre axes d’intervention (évaluation, mesures intrasectorielles, intersectorielles et de soutien à l’application) constitue une innovation en matière d’amélioration de la sécurité des victimes et de leurs proches. Même si le filet social ainsi créé ne peut garantir la sécurité de toutes les personnes, il peut toutefois contribuer à améliorer l’efficacité et la cohérence des interventions afin de réduire l’incidence de la violence.

Territoires

D’abord expérimenté sur le district judiciaire de Saint-Maurice, en Mauricie, il s’est depuis étendu sur le territoire de Trois-Rivières et La Tuque, couvrant ainsi l’ensemble de la région de la Mauricie. Les régions suivantes sont en cours d’implantation du modèle: territoire du CSSS de Roussillon (Châteauguay), en Montérégie et à La Malbaie, dans la région de la capitale nationale D’autres régions ont par ailleurs manifesté leur intérêt à implanter le CSVC sur leur territoire.

  Contact

Pour toute question, n’hésitez-pas, écrivez-nous !